Virement de bord

Ces « consignes » sont surtout appropriées pour les monocoques, j’essaierai de rajouter les spécifications pour les multis un peu plus tard.

Préparation :
– Etre au près, voire près serré,  on vire du près au près pas du travers au travers !
– garder une bonne vitesse, on ne vire pas à l’arrêt
– route et assiette stables, gîte constante,
– contre écoute génois prête
– chariot de GV centré, taquets bloqués
– si vagues, on vire au sommet

Quels sont les « aides » ?
– vitesse
– répartition des poids
– voiles
– safran

 

Chronologie du virement de bord

Chronologie du virement de bord

On envoie ! (1 & 2)
Gv : border au maximum
Equipiers : sous le vent et à l’avant
Chariot de gv : si possible remonter le  au vent
Genois : on borde en accompagnant le lof
Safran : suivre le bateau dans l’aulofollée, sans braquer le safran

Passage du lit du vent (3 & 4)

GV: des le passage du lit du vent la gv fasseye, la choquer légèrerement permet de relancer le bateau
Genois : le choquer dès que son guindant se dévente (le génois fasseye) reprendre la « nouvelle » écoute et border le génois sur la nouvelle amure (à la main au début, on finira au winch quand le bateau sera dans l’axe) Attention à ne pas border le génois avant sont passage sur la nouvelle amure, cela empecherai le virement.
Safran : on redresse la barre

Pour finir (5)
le bateau repartit, on règle le génois et on reborde la GV.
les équipiers (et le matos si matossage) se repositionnent.